International Social Security Review International Social Security Review

Publiée depuis 1948, la revue International Social Security Review (ISSR) est la plus importante publication trimestrielle internationale en matière de sécurité sociale dans le monde.

Des articles rédigés par d'éminents spécialistes de la sécurité sociale présentent des comparaisons internationales, des analyses approfondies de questions spécifiques et des études sur les régimes de sécurité sociale des différents pays.

Par le biais de Mon AISS, les organisations membres de l'AISS peuvent accéder gratuitement aux numéros de l'ISSR en anglais parus de 1967 à aujourd'hui; elles disposent également d'un accès aux versions électroniques française, allemande et espagnole des articles parus de 2007 à 2013.

Depuis 2014, la revue International Social Security Review paraît en anglais uniquement et les résumés de tous les nouveaux articles sont disponibles en huit langues: français, allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, portugais et russe.

Informations et abonnements

Les abonnés peuvent accéder en ligne aux articles parus dans I'ISSR depuis 1967 grâce à la plateforme de publications électroniques mise en place par la maison d'édition internationale Wiley.

Vous pouvez télécharger gratuitement un exemplaire de l'ISSR ou visiter la bibliothèque en ligne de Wiley pour consulter le contenu et les résumés de tous les numéros. Pour davantage d'information sur l'accès aux articles, veuillez vous rendre sur le site de Wiley à l'adresse Librarian Site.

Résumés des articles (Numéro courant: avril-juin 2019, volume 72, numéro 2)

Elaine Fultz et Kenichi Hirose

Les retraites du deuxième pilier en Europe centrale et orientale: problèmes de paiement des prestations et possibilités de sortie

Au cours de la période 1998-2007, la majorité des pays d’Europe centrale et orientale ont adopté des lois obligeant les travailleurs à épargner en vue de leur retraite en souscrivant des comptes individuels gérés par le secteur privé. Les pouvoirs publics alimentaient ces comptes en leur affectant une partie des recettes des régimes de retraite publics, ce qui a créé ou augmenté les déficits de ces régimes. Dès le début de la crise financière et économique mondiale de 2008, la plupart de ces pays ont réduit ces transferts et, partant, le montant des comptes. Dix ans après la crise, cet article examine les prestations que les comptes individuels commencent à servir aux travailleurs qui prennent leur retraite. Il révèle que ces prestations sont dans l’ensemble moins avantageuses que les pensions publiques. Dans certains cas, elles sont versées sous la forme d’un capital et non de pensions mensuelles. Le plus souvent, elles ne sont pas indexées sur l’inflation. Enfin, il arrive que les femmes perçoivent des prestations inférieures à celles des hommes alors que les soldes figurant au crédit sur leur compte sont identiques. Dans plusieurs pays, les retraités titulaires d’un compte individuel reçoivent des prestations inférieures aux retraités qui n’en sont pas titulaires. Pour éviter que les travailleurs qui prennent leur retraite ne soient pénalisés, certains pays d’Europe centrale et orientale leur ont offert la possibilité de rembourser le solde de leur compte pour percevoir une pension publique au taux plein. Toutefois, en plus de susciter le mécontentement des travailleurs, cette stratégie pèse sur les finances des régimes de retraite publics. Pour aider les titulaires de comptes individuels du deuxième pilier sans porter préjudice aux régimes publics, les autorités pourraient envisager de faire de l’épargne retraite privée un dispositif facultatif et de découpler le financement de ces comptes individuels de celui des régimes publics – c’est-à-dire de prévoir un financement assuré par des cotisations salariales et patronales et, éventuellement, par un abondement direct de l’Etat.


Denis Latulippe et Florence Fontaine

Age effectif de la retraite partielle ou complète et impact de la crise de 2008

Les estimations de l’âge effectif de départ en retraite utilisées dans les analyses actuarielles et pour l’élaboration des politiques sont souvent calculées sur la base des taux d’activité. Toutefois, la transition du travail à la retraite et l’environnement socio-économique ont évolué au fil du temps en raison de la place croissante qu’occupe la retraite progressive et de l’impact de la crise économique de 2008 sur le marché du travail. Cet article présente des estimations complémentaires de l’âge de la retraite – au lieu des seules estimations fondées sur les taux d’activité – pour mieux évaluer l’âge effectif de transition de l’emploi à la retraite. Il introduit le concept d’âge de passage de l’emploi à plein temps à la retraite (retraite partielle) et indique que cet âge est systématiquement inférieur à celui du passage de l’emploi à la retraite (retraite complète). Si l’on examine l’emploi effectif des travailleurs âgés à l’aune des résultats obtenus, on observe que la situation économique a influé sur l’augmentation de l’âge du départ en retraite. Les résultats sont présentés pour différents pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques au cours de la période 2005-2015.


Gyu-Jin Hwang

Les prestations de chômage sont-elles équitables? L’expérience de l’Asie de l’Est

Bien que les mesures actives du marché du travail occupent une place grandissante, les prestations de chômage demeurent au cœur des dispositifs de protection de l’emploi. Dans cet article, l’auteur prend l’exemple de quatre économies d’Asie de l’Est – Chine, République de Corée, Japon et Taïwan (Chine) – dotées de systèmes de protection sociale souvent considérés comme fortement orientés vers le développement et le productivisme, et examine si, comme on l’avance parfois, les prestations de chômage qu’ils versent sont restrictives et peu inclusives. Pour ce faire, il analyse la logique sur laquelle repose l’élaboration des dispositifs d’indemnisation du chômage et avance qu’ils sont en réalité progressistes dans leur conception et équitables du point de vue des prestations servies. Néanmoins, la faiblesse de la couverture effective et le montant peu élevé des prestations les empêchent d’atteindre pleinement leurs objectifs de redistribution et d’indemnisation.


Daniel Castillo

Les politiques du marché du travail associant les employeurs en Suède: création d’emplois et division du travail dans le secteur public

Beaucoup de pays d’Europe accordent une importance accrue aux politiques du marché du travail qui impliquent les employeurs dans l’activation des chômeurs. Ces politiques associant les employeurs sont axées sur la demande de main-d’œuvre des entreprises et visent à influer sur leur volonté de recruter, former ou accompagner des chômeurs (souvent défavorisés). L’auteur utilise des données issues d’une étude qualitative par entretiens portant sur un dispositif associant les employeurs mis en place dans une ville suédoise de taille moyenne afin de recueillir des informations sur la manière dont ces politiques sont utilisées pour inciter les employeurs à recruter des chômeurs et sur les différences entre les emplois créés dans ce cadre et les emplois ordinaires. Il avance que la création d’emplois à travers de nouvelles modalités de division du travail, permettant de libérer le personnel régulier des tâches non qualifiées, est susceptible, si elle est associée à d’autres mesures, d’inciter les employeurs à recruter des chômeurs. Cependant, l’article signale aussi que cette nouvelle division du travail, qui réserve les tâches non qualifiées aux participants aux dispositifs, est difficile à mettre en pratique, les nouveaux employés finissant par exécuter de plus en plus de tâches ordinaires.


Soonman Kwon et Lundy Keo

La protection sociale de la santé au Cambodge: défis liés à la conception et à la mise en œuvre des politiques

Le Cambodge met actuellement en œuvre des réformes ambitieuses pour améliorer son système de protection sociale de la santé. En janvier 2018, il a annoncé que le Fonds d’équité pour la santé (Health Equity Fund – HEF), financé conjointement par l’Etat et les donateurs pour garantir à la population pauvre la prise en charge du ticket modérateur dans les établissements publics de santé, serait désormais accessible à certaines catégories de travailleurs de l’économie informelle dépendant d’associations, ainsi qu’aux chefs de commune ou de village. Depuis 2017, la Caisse nationale de sécurité sociale (National Social Security Fund – NSSF) offre une assurance-maladie aux travailleurs de l’économie formelle employés dans des entreprises comptant huit salariés ou plus. Cette protection a été étendue aux fonctionnaires et à l’ensemble des salariés, quelle que soit la taille de l’entreprise qui les emploie, en janvier 2018. Toutefois, cet article met en évidence que ces nouvelles réformes n’ont pas fait l’objet d’une planification rigoureuse en termes de financement, de prestation des services, de ressources humaines et de structures institutionnelles. C’est pourquoi les auteurs examinent les principaux problèmes et défis que doit surmonter le Cambodge en termes de création de ressources, de couverture, de stratégie d’achat et de gouvernance pour réussir la mise en œuvre de l’ambitieuse réforme de son système de protection sociale de la santé.


Upcoming events Upcoming events