International Social Security Review International Social Security Review

Publiée depuis 1948, la revue International Social Security Review (ISSR) est la plus importante publication trimestrielle internationale en matière de sécurité sociale dans le monde.

Des articles rédigés par d'éminents spécialistes de la sécurité sociale présentent des comparaisons internationales, des analyses approfondies de questions spécifiques et des études sur les régimes de sécurité sociale des différents pays.

Par le biais de Mon AISS, les organisations membres de l'AISS peuvent accéder gratuitement aux numéros de l'ISSR en anglais parus de 1967 à aujourd'hui; elles disposent également d'un accès aux versions électroniques française, allemande et espagnole des articles parus de 2007 à 2013.

Depuis 2014, la revue International Social Security Review paraît en anglais uniquement et les résumés de tous les nouveaux articles sont disponibles en huit langues: français, allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, portugais et russe.

Informations et abonnements

Les abonnés peuvent accéder en ligne aux articles parus dans I'ISSR depuis 1967 grâce à la plateforme de publications électroniques mise en place par la maison d'édition internationale Wiley.

Vous pouvez télécharger gratuitement un exemplaire de l'ISSR ou visiter la bibliothèque en ligne de Wiley pour consulter le contenu et les résumés de tous les numéros. Pour davantage d'information sur l'accès aux articles, veuillez vous rendre sur le site de Wiley à l'adresse Librarian Site.

Résumés des articles (Numéro courant: janvier-mars 2017, volume 70, numéro 1)

Paul-Anthelme Adèle

Le numéro de sécurité sociale, un petit dispositif au fondement des grands systèmes

Communiquer son numéro de sécurité sociale fait partie de ces actes quotitiens qui structurent en profondeur la vie de chacun. Malgré cette importance normative fondamentale, le numéro de sécurité sociale reste un objet méconnu. A la fois de plus en plus universel et aux formes diversifiées, il est une norme juridique, technique, tout autant dispositif de surveillance et de contrôle qu’instrument nécessaire à l’effectivité des droits sociaux. L’analyse de cet élément constitutif de la sécurité sociale permet de mesurer certaines difficultés techniques posées par l’intensification de la circulation des informations et des personnes. Les surmonter permettrait d’envisager un premier pas technique vers une sécurité sociale universelle et mondiale.


Rogerio Nagamine Costanzi, Graziela Ansiliero et Julimar Da Silva Bichara

Les pensions de survivant et leur impact sur le marché du travail brésilien

Dans de nombreux pays, les réglementations régissant les pensions de survivant ont été adoptées lorsque la participation des femmes au marché du travail était plus basse qu’elle ne l’est à l’heure actuelle. Or, dans de nombreux pays d’Amérique latine, le taux de participation des femmes à la population active est en constante augmentation. Au Brésil, où le droit de recevoir une pension de retraite ou de survivant n’est soumis à aucune restriction et où il était possible jusqu’à il y a peu de percevoir des pensions à vie sans condition, le nombre de ce type de prestations a non seulement augmenté, mais il semblerait également que ces réglementations aient eu un impact négatif sur la participation des femmes au marché du travail. L’analyse du cas du Brésil démontre la nécessité d’adapter les réglementations en matière de sécurité sociale aux évolutions du marché du travail, et met en lumière le besoin de reconnaître que les réglementations en matière de sécurité sociale peuvent réellement exercer un impact sur le marché du travail.


Dimitri Gugushvili

L’évolution du système de protection sociale géorgien depuis l’indépendance du pays: un avenir incertain malgré une récente expansion

Au cours des dix premières années de transition, le système de protection sociale géorgien a connu d’importantes restrictions budgétaires, dans la mesure où le gouvernement éprouvait des difficultés à financer un tel système, en raison d’un contexte économique très défavorable et de l’effondrement quasi total des institutions publiques. Depuis 2004, la tendance s’est toutefois inversée; l’économie a renoué avec la croissance et l’administration publique s’est grandement améliorée. Les récentes réformes, et notamment l’introduction d’une assurance maladie publique universelle, constituent des mesures positives visant à bâtir un Etat-providence moderne. Il reste toutefois des défis majeurs à relever, spécialement concernant les effets limités du système sur la pauvreté généralisée. Si le ralentissement de la croissance ainsi que l’absence de partisans puissants d’un système de protection sociale et de facteurs d’attraction externes positifs risquent d’entraver voire d’empêcher la croissance à l’avenir, l’évolution de la nature du contrat social entre les individus et le gouvernement – de même que le nombre grandissant de personnalités politiques qui reconnaissent l’importance d’un système de protection sociale pour une croissance inclusive en Géorgie – laisse néanmoins place à l’optimisme.


Tamila Nutsubidze et Khatuna Nutsubidze

Les défis de la réforme des pensions en Géorgie: les pensions non contributives et la pauvreté chez les personnes âgées

Le système de sécurité sociale géorgien offre un régime de pension de base non contributif presque complet. Jusqu’à présent, le régime de pension de base s’est révélé efficace pour lutter contre la pauvreté. Néanmoins, les contraintes budgétaires et le vieillissement de la population mettent en lumière l’importance d’améliorer le système de pension géorgien, en vue de garantir sa viabilité. Cet article présente les choix de réformes politiques, qui suggèrent que la réforme des pensions en Géorgie pourrait voir l’âge légal de départ à la retraite augmenter et le montant des prestations diminuer, sous conditions de ressources. Le cas de la Géorgie peut se révéler intéressant pour les pays à revenu faible et intermédiaire qui envisagent de mettre en œuvre un système de pension non contributif, ou d’en étendre la couverture.