Journée internationale de la femme

L’importance des organisations de la sécurité sociale pour renforcer l’égalité des genres

Journée internationale de la femme

L’importance des organisations de la sécurité sociale pour renforcer l’égalité des genres

Entretien avec Kristen Underwood, Directrice générale, Secrétariat des politiques sur les aînés et les pensions, Emploi et Développement social Canada, dans le cadre de la Journée internationale de la femme le 8 mars 2022.

Kristen Underwood portrait

Comment envisagez-vous le rôle de la sécurité sociale dans la promotion de l’égalité des genres et dans l’autonomisation des femmes dans la société?

Tout au long de ma carrière dans le service public, j’ai appris l’importance de fonder les systèmes de sécurité sociale sur les principes de l’égalité et de l’équité pour tous les membres de la société. Des mécanismes de non-discrimination et d’inclusion sociale doivent être mis en place afin de protéger les groupes vulnérables tels que les femmes. En améliorant la sécurité de revenu et la protection sanitaire, il sera possible de prévenir et de réduire la pauvreté ainsi que les inégalités tout en promouvant l’inclusion sociale et la dignité humaine.

L’une des approches phares adoptées par le gouvernement du Canada consiste à intégrer les questions de genre à l’élaboration des politiques et programmes grâce à une «analyse comparative entre les sexes», qui est un processus analytique évaluant les impacts potentiels des politiques et programmes du gouvernement sur les femmes. Pour aller encore plus loin, le Canada applique une «analyse comparative entre les sexes plus» qui englobe d’autres facteurs comme l’âge, le niveau d’instruction, la langue, la localisation, la culture, les revenus, l’orientation sexuelle et le statut professionnel, notamment. Avec cet outil, les responsables politiques reconnaissent que l’expérience de chaque individu est affectée par un certain nombre de facteurs et que l’égalité des chances ne se traduit pas toujours en égalité de résultats. Cette analyse permet de comprendre comment le genre et ses interconnexions avec l’origine raciale ou ethnique, la culture, la classe sociale, l’âge, le handicap et d’autres facteurs produisent des résultats différents pour chaque personne.

Veiller à l’égalité des genres est un objectif fondamental qui, intégré aux processus d’élaboration des politiques, joue un rôle vital dans l’autonomisation économique des femmes.

Avez-vous été témoin de changements au niveau de l’égalité des genres depuis le début de la pandémie et quel rôle a joué, selon vous, la sécurité sociale dans la réduction de l’impact socio-économique de la pandémie sur les femmes?

La pandémie de COVID-19 a exacerbé les inégalités existantes et s’est accompagnée de difficultés inédites dans le monde entier. Les femmes ont été beaucoup plus touchées par les interruptions de travail, et leur taux de participation au marché du travail n’a aujourd’hui jamais été aussi bas depuis trois décennies. Les femmes représentaient la majorité de la main-d’œuvre de certains des secteurs les plus touchés, ce qui a engendré bien plus de pertes d’emplois pour les femmes que pour les hommes. De plus, les femmes sont plus susceptibles d’occuper des postes précaires ou à temps partiel, qui s’accompagnent de plus grands risques de perte d’emploi ou de chômage, et sont bien plus nombreuses à assumer le rôle de proche aidant, ce qui affecte leurs revenus ainsi que leur capacité à économiser. Dans la tranche des personnes âgées, on enregistre plus de femmes âgées vivant seules avec un faible revenu, ce qui les expose à un risque plus élevé d’insécurité économique.

La sécurité sociale a joué un rôle essentiel pour réduire l’impact socio-économique de la pandémie sur les femmes. Le gouvernement du Canada a mis en œuvre toute une série de mesures d’aide financière visant à soutenir les travailleurs les plus vulnérables touchés par la pandémie, y compris ceux qui ont perdu leur emploi, sont tombés malades, ont dû se mettre en quarantaine ou ont dû arrêter de travailler pour prendre soin d’un proche. Le système de pension publique du Canada a par ailleurs adopté des mécanismes de protection destinés aux personnes ayant perdu leur emploi pendant la pandémie afin que leur pension ne subisse aucune réduction lorsqu’elles atteindront l’âge de la retraite. 

En tant que dirigeante d’une organisation de sécurité sociale majeure, quel message souhaitez-vous adresser à la communauté mondiale de la sécurité sociale en cette Journée internationale de la femme?

Chaque jour, les femmes du monde entier contribuent aux avancées sociales, économiques, culturelles et politiques dans notre société. Je suis convaincue que la promotion de l’égalité des genres dans toutes ses dimensions et l’autonomisation des femmes et des filles est la meilleure façon de bâtir un monde plus pacifique, plus inclusif et plus prospère. Les organisations de sécurité sociale jouent un rôle crucial pour renforcer l’égalité des genres.

Bien entendu, la pandémie de COVID-19 s’est accompagnée de difficultés inédites aux quatre coins du monde, et la reprise socio-économique est encore longue. La nécessité de promouvoir l’égalité des genres est d’autant plus cruciale à l’heure actuelle, alors que nous savons que la pandémie de COVID-19 a bien plus touché les femmes et a exacerbé les inégalités de genre. Il est important d’adopter des plans de reprise inclusifs qui offrent une stabilité socio-économique pour tous. La diversité réside au cœur de la future prospérité économique. En œuvrant au renforcement de l’égalité des genres, nous pouvons faire fi des obstacles qui nous retiennent et créer un monde de possibilités. Au bout du compte, il est dans notre intérêt à tous que chacun puisse réaliser son plein potentiel.